L'alimentation scolaire en Afrique de l'Ouest - Etat des lieux 2023

Étude/Synthèse/Article
Langue(s) : Français
Thématiques : Agriculture durable, Faim et malnutrition, Politiques agricoles et alimentaires, Transformation et filière

Enrichi et actualisé en 2023 sur la base de l'état des lieux 2021, ce rapport décrit les politiques et les initiatives d'alimentation scolaire dans quatre pays ouest-africains, Bénin, Burkina Faso, Sénégal et Togo, avec une attention particulière au sujet des approvisionnements. En effet, il a été réalisé dans le cadre du programme Pafao qui conduit avec le Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest (Roppa) un cycle de capitalisation et d'échange entre ces quatre pays depuis 2021. 

La réalisation de l'état des lieux en 2021 avait révélé les grandes différences de financement des programmes d’alimentation scolaire par les gouvernements des pays observés ainsi que l'échec relatif des ambitions d'approvisionnements en circuits courts.

Des difficultés persistantes 

Beaucoup de mesures ont été prises pour favoriser les achats locaux mais elles peinent à être mises en œuvre. Ces difficultés traduisent plus généralement celles que rencontrent les petits producteurs et leurs organisations à s’insérer dans les marchés publics. Trois principaux freins peuvent être mentionnés. D’abord les procédures d’accès et les demandes (en termes de quantités ou de délais) se révèlent souvent hors de portée pour les acteurs de l’offre. Ensuite, les délais de paiement pratiqués par les commandeurs publics sont impraticables pour les petits producteurs. Enfin, la question de la qualité est une problématique importante. A ces problèmes s'ajoutent le fait que de nombreuses organisations étrangères et internationales interviennent dans le domaine de l'alimentation scolaires avec parfois des dons en nature d'autres pays ou des procédures peu adaptées aux réalités locales. 

Un regain d'intérêt pour l'approvisionnement local

Si ces difficultés persistent en 2023, le regain d’intérêt des décideurs pour le sujet suite à la crise Covid19 est observable partout. La vision de l’alimentation scolaire tout autant comme outil de protection sociale qu'outil de développement local assurant des débouchés aux agriculteurs fait l’unanimité. Cette convergence de vue est facilitée par le contexte de crises et de renchérissement des importations. Le Bénin est un symbole de ces évolutions récentes avec un taux de couverture des écoles qui a progressé très vite en quelques années et un projet de loi sur l’alimentation scolaire avec un seuil minimal d’approvisionnement en produit locaux fixé à 75%.

« Partout sur le continent, les cantines ont été un véritable lieu de résilience après la crise du Covid. Mais en 2022, la guerre en Ukraine a brutalement fait grimper les prix des denrées et le coût de leur acheminement, témoigne la Béninoise Karen Ologoudou, conseillère régionale pour le PAM en Afrique de l’Ouest. Cette nouvelle donne nous a obligés à revoir notre offre, notamment en important moins, en ayant recours à des coopératives et en développant des circuits courts avec des producteurs et des productrices locaux. Cela a enclenché un véritable cercle vertueux. »

Extrait de l'article du 15 avril 2023, En Afrique, des cantines gratuites pour lutter contre la déscolarisation Le Monde Afrique

Voir la page du réseau de promotion de l'alimentation scolaire en circuit court en Afrique de l'Ouest animé par le programme Pafao et le Roppa