De la poudre aux yeux des éleveurs laitiers !

Outil pédagogique
Langue(s) : Français
Thématiques : Elevage
Pays : Belgique Burkina Faso

La crise sanitaire a exacerbé les tensions à la baisse du prix du lait, rendant la situation intenable pour la majorité des éleveurs. Le stockage n'est pas une solution, il repousse le problème. Avec le risque de déstocker en Afrique de l'Ouest, où l'élevage est une source de revenu irremplaçable pour la population rurale. Explications par les principaux intéressés dans cette vidéo de 2 minutes produite par SOS Faim Belgique.

La filière lait comme illustration des dérèglements alimentaires mondiaux

Le cas de la filière laitière ouest-africaine est une illustration de la façon dont les politiques agricoles et commerciales alimentent la pauvreté et la faim. Le cheptel bovin est aussi important en Afrique de l'Ouest qu'en Europe, pourtant l'Europe exporte son lait et l'Afrique de l'Ouest l'importe. Alors que les actifs agricoles sont bien plus nombreux en Afrique de l'Ouest  qu'en Europe (60 % contre 2 %).

Alors qu'une vache burkinabé produit entre 1 et 5 litres de lait par jour, une vache européenne en produit entre 25 et 30. L'éleveur européen peut donc vendre son lait bien mois cher. Les mettre en concurrence sur le marché mondial, c'est mettre en concurrence un poids plume contre un poids lourd. Les prix bas sur le marché mondial ne couvrent pas les coûts de production de la majorité des agricultures du monde. Le consommateur burkinabé achetera plus facilement du lait européen moins cher que du lait local. L'éleveur burkinabé, face à cette concurrence, est poussé à baissé ses prix, ce qui l'enlise dans la pauvreté. Un certain nombre d'éleveurs se détournent alors de ce secteur qui ne leur permet plus de gagner leur vie correctement. Le pays devient alors dépendant du marché mondial.(cf vidéo Le paradoxe de la faim)

La crise sanitaire aggrave encore la situation

Sans régulation, l'Europe produit trop de lait et cette surproduction rejoint le marché mondial. La consommation de lait en France et en Europe ne progresse plus et tout hausse est destinée à l'exportation. Avec la constitution de stocks pendant le confinement, le risque est de déstocker vers des pays où la production laitière locale n'est pas soutenue par des politiques et peine à être valorisée sur les marchés face à la concurrence internationale.

En Afrique de l'Ouest, la situation des éleveurs, majoritairement transhumants, est déjà très compliquée avec les restrictions de circulations dues à la pandémie de Covid-19. Le nombre de personnes en situation d'extrême pauvreté et de famine pourrait exploser.

Voir la vidéo des éleveurs contre le stockage et pour la régulation du marché européen du lait :  De la poudre aux yeux des éleveurs laitiers !

En savoir plus :

Libre de droits Oui
Droits de diffusion

Libre de droits