Au Sénégal : Le système de riziculture intensive au service du consommer local

Expertise de terrain
Langue(s) : Français
Filières : Riz
Pays : Sénégal

Ibrahima Ly est chargé de programmes auprès de la Plateforme des initiatives du Nord (Pinord) et coordonnateur du Projet d'appui aux microentreprises rurales agricoles (Pamera).

Active depuis 2002 et formalisée en 2009, la Pinord réunit six organisations paysannes faitières actives dans la vallée du fleuve Sénégal. Sa mission est de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire par la production et la promotion d’un riz local de qualité.

Quel appui la Pinord, en tant que faitière, apporte-t-elle à ses membres ?

Depuis 2009, le plan stratégique de la Pinord se décline en trois axes : le soutien à la promotion des filières agroalimentaires avec un focus sur la filière rizicole, aux microentreprises rurales (MER) et au développement institutionnel des organisations paysannes (OP). Ces dernières souffrant de faibles capacités organisationnelles et opérationnelles, l’accent est mis sur le renforcement de la gouvernance et de la gestion administrative et financière.

Par rapport à vos membres, quel est votre rôle sur le terrain ? 

L’équipe technique de la Pinord ne mène pas directement d’actions de terrain, mais elle accompagne, supervise et veille au bon déroulement des activités. En utilisant l’approche participative, nous déléguons les activités de terrain à nos membres. Par exemple, l’organisation d’ateliers sur le leadership féminin ou sur le management associatif sera confiée à une OP qui a les compétences ou qui a développé de bonnes pratiques en la matière.

Nous privilégions également les collaborations avec des personnes ressources au niveau local qui maîtrisent les thématiques et les réalités des milieux d’intervention. Ces consultants locaux parviennent à communiquer plus aisément avec nos bénéficiaires et à donner des exemples palpables reflétant les réalités du terrain.

Pourquoi développer le concept de « microentreprise rurale » ?

Dans la vallée du fleuve Sénégal, les superficies des exploitations vont de 10 à 50 hectares voire plus, et les coûts d’exploitation sont très importants. Afin de financer leurs activités agricoles, les producteurs ont donc généralement recours aux institutions bancaires. Or, pour bénéficier de financements, il faut que les banques vous reconnaissent comme « micro-entrepreneur ». La Pinord accompagne ainsi ses producteurs membres dans l’adoption de pratiques et de dispositions qui font d’eux des entrepreneurs ruraux à petite échelle. La microentreprise rurale (MER) peut être constituée par un individu, une famille ou un groupe d’amis pratiquant l’agriculture et dont la fonction principale est de produire et/ou transformer et commercialiser le riz.

Pourquoi ce focus sur la filière rizicole et le consommer local ?

Le riz est la culture commune à l’ensemble des six OP membres de la Pinord. Au Sénégal, les populations consomment d’importantes quantités de riz, largement importées, alors que le rendement moyen de la production rizicole dans la vallée du fleuve Sénégal est élevé. Il en ressort que le riz sénégalais a un potentiel énorme pour le consommer local, et que son développement pourrait permettre d’atteindre l’autosuffisance et la sécurité alimentaires.

Est-ce que les consommateurs sont prêts à payer plus cher pour acheter du riz local ?

Le centre AfricaRice a réalisé une étude comparative entre le riz local et celui importé et a demandé à la Pinord de fournir aux chercheurs des échantillons de riz local. Ces échantillons ainsi que des échantillons de riz importé ont été utilisés pour préparer des plats sénégalais. Des tests de dégustation à Dakar, Saint-Louis et Nouakchott ont montré que les consommateurs trouvent que le riz local a un meilleur goût et qu’ils seraient prêts à payer plus pour l’acheter.

[...]

Problématique, recueil et édition des propos en septembre 2018 par Yvon Saroumi (Inter-réseaux), édition finale par Silvia Rizzotto (CFSI) en janvier 2019

Ce projet fait l’objet d’un financement de la part du programme Joint Action for Farmers’ Organisations in West Africa - Jafowa (www.nef-europe.org/jafowa).

Lire l'entretien complet