Evaluation du dispositif de financement des chaînes de valeur agricoles de l'ONG Amassa à Ségou

Expertise de terrain
Langue(s) : Français
Filières : Autres céréales, Riz
Pays : Mali

Dans le cadre du P4P (programme Purchase for Progress du Programme alimentaire mondiale), AMASSA Afrique Verte Mali a développé avec l'IMF Soro Yiriwasso un mécanisme innovant d'accompagnement des organisations de producteurs (OP) dans l'obtention de crédit de commercialisation.

Le développement de la microfinance au Mali, bien que très important, ne permet toutefois pas de répondre aux besoins de financement du secteur agricole malien, en particulier pour les exploitations familiales. Amassa accompagne les producteurs et les PME du secteur agricole dans leur accès au crédit depuis 2001. Du fait de ses expériences passées, elle reste prudente vis-à-vis de la réussite décrite dans cette étude, bien que le montage mis en place ait déjà été répliqué avec succès. 

En 2013, le Pam a confié à Amassa l'accompagnement des OP de la région de Ségou pour qu'elles puissent le fournir en denrées alimentaires. La principale contrainte est que les montants nécessaires pour collecter les quantités demandées par le Pam sont très importants et que les OP ciblées ont trop peu de garanties pour répondre aux exigences des banques. 

L'IMF Soro Yiriwasso a accepté de participer à des ateliers de concertation avec Amassa, le Pam et les OP. Ils ont ainsi élaboré progressivement une solution innovante pour le financement de 4 Unions de coopératives en 2014/2015. Le dispositif a été étendue à 7 Unions l'année suivante, puis 9 Unions en 2017/2018. 

La principale innovation est le gel des retraits sur le comptes contractuels des Unions, c'est-à-dire les comptes recevant les fonds de transaction. Le taux d'intérêt convenu était de 1,25% mensuel (15% par an). Le taux de remboursement a été de 100%. 

Résultats

Pour la campagne 2015/2016 (qui est la mieux documentée), les prêts accordés aux 7 Unions pour un total d'environ 227 millions de FCFA ont permis :

- de réaliser une bénéfice net cumulé de plus de 43 millions de FCFA, les bénéfices allant de 2 à 12 millions de FCFA selon les Unions.

- de renforcer le capital financier des unions qui ont vu leurs fonds propres atteindre 146 millions de FCFA à la fin de cette campagne?

Facteur de réussite 

Le rôle de l'acheteur est central (ici le Pam) avec un contrat d'achat ferme et payé exclusivement sur le compte de l'OP désigné par l'IMF et soumis au gel des retraits jusqu'au remboursement intégral du crédit. En outre, l'acheteur doit offrir un prix avantageux par rapport à celui du marché conventionnel étant donné qu'une grande partie des risques et des frais sont assumés par l'OP (financement de la collecte, conditionnement, nettoyage, transport) et par l'IMF. Ce prix a été corrélé aux prix de gros sur le marché de la ville la plus proche.  

Le P4P était un programme avec des moyens financiers importants grâce auxquels Amassa a fourni une multitude d'appuis aux Unions et organisations de base pour :

- leur formalisation (règlements intérieurs, reconnaissance juridique,...) ;

- la formation et le renforcement de capacités de leurs membres ;

- la construction de magasins de stockage adéquats ;

- l'équipement en matériel de récolte.

D'autres facteurs de réussite sont liés aux compétences des partenaires et à la relation de confiance qu'ils ont su instaurer avec toutes les parties prenantes. 

Conclusion

Le dispositif testé par Amasse s'est révélé très ingénieux et montre une capacité à rendre les OP autonomes en les incitant à constituer d'importants fonds propres.

Sa principale limite est le coût du personnel assurant le suivi des OP, coût entièrement dépendant de l'Aide publique au développement à ce jour.

Voir l'étude