Au Sénégal, les exploitations familiales agroécologiques accèdent aux marchés porteurs

Expertise de terrain
Langue(s) : Français
Filières : Multifilières
Pays : Sénégal

Directrice adjointe des opérations d'Agrisud, ONG membre du CFSI, Elphège Ghestem suit étroitement les actions menées au Maroc, où elle vit, et en Afrique de l’Ouest. Au Sénégal, Agrisud et son partenaire local JAPPOO Développement tentent de lever les contraintes qui pèsent sur l’agriculture familiale. L'objectif : se reconnecter aux marchés porteurs, en particulier celui des structures hôtelières du littoral.

Pourquoi travailler avec le secteur touristique ?

En 2009, nous avons répondu à la demande du Club Méditerranée qui a un village de vacances en Basse-Casamance et projetait d’en ouvrir un autre à 80 kilomètres au sud de Dakar, près de M’bour. Leur souhait était d’améliorer leur impact sur le développement socioéconomique local. Nous avons identifié un levier : l’approvisionnement des buffets des villages de vacances en produits frais issus des petites exploitations familiales environnantes. La mise en relation de l’offre de ces exploitations avec la demande du Club Med souffre des difficultés classiques d’écoulement des produits sur les marchés locaux : diversité des produits, régularité, quantité et qualité.

 

 

Quelle est votre stratégie ?

À M’bour, au sud de Dakar, notre partenaire JAPPOO fait le constat que les organisations d’appui aux producteurs (OA) doivent gagner en compétences pour accompagner au mieux leurs membres et promouvoir des systèmes de production agricoles adaptés à la diversité des situations. Dans le cadre du programme Pafao, nous soutenons trois groupements de producteurs, dont deux groupements féminins, basés à Nianiar et à Samaane. Ces groupements, créés dans le cadre de projets antérieurs, exploitent des parcelles agricoles regroupées au sein d’un périmètre. Le troisième groupement, la fédération des maraîchers de Ndianda, regroupe les producteurs de la zone exploitant des parcelles indépendantes les unes des autres. Nous appuyons aussi une association sénégalaise, le Regroupement communautaire pour le développement de Fissel (Recodef), qui met en oeuvre des projets d’appui aux exploitations familiales.

 

Comment soutenez-vous ces organisations ?

Nous avons développé une méthode originale d’analyse des systèmes de production. Cette « caractérisation » diffère des approches classiques de diagnostic, la vision est plus globale. Elle prend en compte non seulement les faiblesses de l’exploitation, mais aussi et surtout, les contraintes du milieu, naturel, économique et social. Des outils sont mis au point avec les animateurs : questionnaire de caractérisation d’une exploitation agricole à l’échelle du système de production (et non simplement à l’échelle des systèmes de cultures), focus group d’analyse économique (pour établir une situation de référence de l’économie de l’activité), etc. Les OA, accompagnées par JAPPOO et Agrisud, testent chaque outil auprès des producteurs qu’elles accompagnent. Grâce aux diagnostics personnalisés, les OA peuvent ensuite monter des « plans d’actions correctives » pour chaque exploitation familiale. [...]

 

 

Propos recueillis en avril 2015 par Camille Bureau (CFSI), édités en juillet 2015. Photos © Agrisud

 

Creuser le sujet :