Quelle contribution du commerce équitable à la transition agroécologique en France ?

Étude/Synthèse/Article
Langue(s) : Français
Thématiques : Alternatives de commercialisation

L'apport de cette étude du Basic pour Commerce équitable France est d'objectiver les apports du commerce équitable "origine France" à partir de l'observation de deux filières biologiques et équitables : le lait produit par Biolait et les légumineuses produits par le GIE la Ferme de Chassagne. Nous vous présentons ci-dessous les principaux enseignement pour la filière Biolait.

En 2018, Biolait réunit 1 200 exploitations laitières sur 51 départements pour 180 millions de litres collectés en 2016. Biolait emploie 70 personnes et travaille avec plus de 100 transformateurs partenaires. Le prix de vente est presque identique pour tous les acheteurs et est calculé pour garantir le prix d’achat aux producteurs plus les charges structurelles de Biolait.

Au sein des relations commerciales de Biolait deux partenariats ont été analysés. Le premier lie Biolait à Biocoop via deux transformateurs (l’un pour le Nord de la France, l’autre le Sud) pour produire le lait vendu sous la marque « Ensemble ». Le second partenariat implique Système U via la Laiterie Saint-Denis de l’Hôtel pour du lait vendu sous la marque « U bio ». Ce partenariat ne se revendique pas explicitement du commerce équitable (pas de mention sur le produit fini), alors que son fonctionnement s’en rapproche fortement. Ces deux partenariats s’appuient sur des accords tripartites: les trois maillons échangent s’accordent sur un cadre général qui est ensuite formalisé par une contractualisation bilatérale entre organisation de producteurs-transformateurs et transformateurs-distributeurs. Ces contrats impliquent un engagement sur la durée, une fixation des prix qui prend en compte les coûts de production et une transparence entre acteurs.

IMPACT SUR LA DURABILITÉ ENVIRONNEMENTALE DE L’ALIMENTATION

La filière équitable a été un moyen d’encourager les conversions en agriculture biologique.En effet, la construction d'une filière rémunératrice, la capitalisation et le développement d’une expertise technique, et l’appartenance à un groupe de producteurs bio permettent de lever les freins techniques, sociaux, économiques et commerciaux (encore très présents) liés à cette conversion

Trois «garanties» de Biolait ont permis de lever les incertitudes selon les agriculteurs:

  • Visibilité et sécurité sur les débouchés commerciaux offerte aux éleveurs grâce aux partenariats équitables, solides dans la durée.
  • Equipe de 12 techniciens agricoles financée en partie par le fond pour le développement collectif versé dans les filières équitables.
  • Le réseau d’exploitations mutualisées permet à des fermes bio (dont le lait ne peut être valorisé en bio) de vendre à une laiterie conventionnelle et Biolait verse la différence en soutien à l’expansion de l’agriculture biologique

La impacts vont été plus loin que celui de la seule conversion à l'AB (échanges entre producteurs membres et les techniciens agricoles pour aller plus loin que le cahier des charges, alimentation 100% origine France du bétail impliquant un arrêt des importations de protéines végétales, développement et maintien de prairies notamment permanentes, qui sont des sols non-artificialisés capteurs de CO2).

IMPACT SUR LA QUALITE ET LA DIVERSITE DES PRODUITS PROPOSES

  • Traçabilité en affichant le nom et les objectifs de l’organisation de producteurs de lait sur les produits.
  • Qualités nutritionnelles différentes de celui conventionnel: par exemple il est plus riche en oméga-3, résultat d’un régime alimentaire des bovins basé sur l’herbe en agriculture bio.

IMPACT SUR LES RELATIONS DE POUVOIR ET LA TRANSPARENCE AU SEIN DES FILIERES

Selon les parties prenantes, une relation particulière s’est nouée entre eux : la régularité des échanges et la transparence sur les coûts de chacun ont créé un climat de confiance favorable à une coopération entre maillons. Les parties prenantes ont ainsi mis en place des «accords tripartites» où les trois maillons de production, transformation et distribution échangent tous les trois ensembles. Les spécificités contractuelles, comme l’engagement sur les prix, sont ensuite bilatérales.

IMPACT SUR LA SITUATION SOCIO-ECONOMIQUE DES ACTEURS DE LA FILIERE

  • Prix rémunérateur pour l’ensemble des maillons et une plus grande part de la valeur ajoutée qui revient aux producteurs.
  •  Les filières équitables permettent de maintenir des fermes de taille modeste, créatrice d’une haute valeur ajoutée par hectare, intensives en emplois, et diversifiées, tant sur les activités que sur les productions. Cette forte intensivité en main d’œuvre ne motive pas à l’agrandissement des exploitations. Chez Biolait, la capacité de collecte sur tout le territoire français contribue au maintien de la multiplicité et diversité des exploitations laitières.
  • L’appartenance à un groupe qui participe à la création d’un lien social fort entre producteurs et permet de sortir du caractère individuel de l’agriculture. Au-delà, le rapprochement de la production et de la consommation, et les échanges réguliers entre les acteurs de la filière créent une dynamique collective ainsi qu’un regain de dignité et de reconnaissance dans le travail de chacun. Chez Biolait, les éleveurs soulignent la fierté de se sentir partie prenante d’un mouvement collectif national et être informé des nouveaux débouchés de leur production.
  • La participation à ce type de démarches est aussi très chronophage, une part importante du temps peut être consacrée à des activités non directement productives, notamment aux nombreux échanges. Néanmoins, la nature du travail devient plus intéressante.

Le commerce équitable «Origine France» est aujourd’hui un outil qui a un fort potentiel de réponse aux enjeux de durabilité du secteur agricole et alimentaire.

Voir le rapport complet (103 pages)

Voir la synthèse (19 pages)

Voir la fiche de communication (2 pages)