Mini laiteries coopératives pour optimiser la collecte et la distribution du lait local

Expertise de terrain
Langue(s) : Français
Filières : Produits laitiers
Pays : Sénégal

Dans le cadre d’un projet porté par Agronomes et vétérinaires sans frontières (AVSF) et la Maison des Eleveurs (MDE) de Vélingara au Sénégal

Photo : Kiosque de vente à Vélingara © AVSF Sénégal

En 4 ans, le chiffre d'affaires des mini laiteries du département de Vélingara a presque doublé. Et les perspectives sont prometteuses, avec notamment 7 nouveaux kiosques de vente en projet, dont 5 dans la ville de Kolda. 

Partant du constat que le système des unités de transformation privées est peu satisfaisant pour assurer une collecte et fidéliser les producteurs, le projet innove à travers la mise en place de mini-laiteries coopératives. Elles comptent chacune 30 à 40 membres-éleveurs qui en sont propriétaires. Dans un rayon de 15 kilomètres autour des centres urbains, ils collectent eux-mêmes le lait avant d’en livrer la totalité à la laiterie. Ils sont ensuite rémunérés chaque mois en fonction du volume livré, à un prix fixé selon la saison (hivernage ou saison sèche) en concertation avec tous les acteurs de la filière. Grâce à ses stocks, la coopérative fournit des intrants sanitaires et alimentaires aux éleveurs sous forme de crédit remboursable en livraison de lait. Les décisions sont prises au consensus par le comité de gestion de la mini-laiterie. Les bénéfices réalisés sont réinvestis dans d’autres activités ou utilisés comme micro-crédit pour les éleveurs confrontés à des problèmes familiaux.

D’autre part, face à la concurrence du lait en poudre importé, le projet innove par la transformation et le conditionnement qui permettent de fabriquer de nouveaux produits tels que le lait caillé sucré, le lait frais pasteurisé, le yaourt et le thiacry .

Comportement des produits laitiers sur les marchés

La concertation entre les acteurs a permis de fixer des prix médians profitables à chacun et concurrentiels par rapport aux produits importés. Ainsi, le lait frais pasteurisé et le lait caillé sucré sont vendus à 500 FCFA le litre, un prix compétitif sur les marchés urbains sénégalais (un litre de lait importé coûte 800 FCFA à Dakar). Le thiacry et le yaourt coûte 1 600 FCFA le litre.

Les produits dérivés de la transformation du lait sont commercialisés dans les villes du département de Vélingara. Les commerçants sont de trois catégories : les grossistes (boutiques), les kiosques mis en place par les coopératives laitières (points stratégiques des villes) et les petits revendeurs qui s’approvisionnent auprès des grossistes. Ces petits revendeurs sont présents sur les marchés hebdomadaires des villes secondaires de la région.

En concurrence directe avec les produits des mini-laiteries, on trouve les laits pasteurisé, caillé et concentré des marques Bridel, Président, Vitalait, Roilait, Best lait, Jet, Ardo  et Mamelle Jabot, fabriqués à partir de poudre de lait importée. Les prix compétitifs et la qualité des produits laitiers permettent à l’agriculture familiale locale de prendre graduellement des parts de marchés. En 4 ans, le chiffre d’affaires des unités de transformation du département est passé de 42 millions à 82 millions de FCFA, soit environ de 65 000 € à 126 000 € (+ 95 %). [...]

 

Sur cette expérience, retrouvez le témoignage de Moussa Baldé, le coordinateur d'AVSF au Sénégal