Les achats institutionnels au service de l'agriculture familiale

Étude/Synthèse/Article
Langue(s) : Français
Thématiques : Transformation et filière

En Afrique de l’Ouest, les achats institutionnels de produits locaux prennent de l’ampleur. Une trentaine d'organisations, à la fois des OP membres du Roppa et des organisations du réseau Pafao (OP et ONG) ont échangé dans le cadre d’une discussion en ligne sur les opportunités et défis posées par les commandes publiques de produits alimentaires. Dans quelles conditions sont-elles réellement au service des petits agriculteurs ?

On peut citer par exemple la modification des procédures d’achats du Programme alimentaire mondial (Pam) pour s’approvisionner en partie localement ; la constitution par certains États (Bénin, Mali, Niger, Togo) de stocks tampons pour les produits alimentaires de base ; et la création d’une réserve sous-régionale de la Cedeao, la nouvelle Agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation (Araa) basée à Lomé.

Une trentaine d'organisations, à la fois des OP membres du Roppa et des organisations du réseau « Pafao » (OP et ONG) ont échangé dans le cadre d’une discussion en ligne sur les achats institutionnels, ce document de 6 pages présente l'essentiel à en retenir.

Certains retours d’expériences de commandes institutionnelles honorées par les OP font état d’effets d’entraînements positifs (p.2), mais qui ne sont toutefois pas la norme (p.3) car les conditions pour que les exploitations familiales puissent en tirer parti sont rarement réunies (p.4). Le monde paysan ouest-africain se trouve donc face à un immense défi : faire en sorte que les commandes institutionnelles soient un outil réellement au service de l’agriculture familiale locale.

Pour ce faire, il est nécessaire que l’achat institutionnel : (i) s’inscrive dans un cadre d’actions multiples de soutien au secteur agricole (structuration des OP et outillage en particulier sur les procédures administratives et financières ainsi que sur la qualité, mise en place d’infrastructures de stockage), (ii) soit prévisible, accompagné d’un cadre de concertation multiacteurs, avec une information et une expertise approfondies sur les marchés (stocks, prix) pour agir selon un calendrier précis et respecté, favorable à la majorité des acteurs.

Voir la synthèse

Retour sur la page "consommer local en Afrique de l'ouest : ceux et celles qui font"