L'empreinte énergétique et carbone de l'alimentation en France

Étude/Synthèse/Article
Langue(s) : Français
Thématiques : Agriculture durable

Cette brochure est issue du Projet CECAM (Contenu énergétique et carbone de l’alimentation des ménages), piloté par le Club Ingénierie Prospective Energie et Environnement.

L’entrée choisie est celle de la consommation alimentaire des ménages en France métropolitaine, différente des productions et transformations alimentaires du territoire national. Les résultats présentés considèrent les principales consommations d’énergie et émissions de gaz à effet de serre du régime alimentaire moyen de la population française, en tenant compte des consommations et émissions contenues dans les importations de produits intermédiaires ou finaux et en excluant la production française exportée. Sont détaillées les principales étapes du système alimentaire et leur poids relatif dans l’empreinte totale : production agricole, transformation, transport de marchandises, distribution, restauration, déplacements pour les achats alimentaires des ménages, et préparation au domicile.

Les résultats principaux de l'étude explicitent les éléments constats suivants : 

  • Un individu en France ingère chaque jour environ 2,4 kg d’aliments, dont la moitié d’aliments solides et la moitié de boissons.
  • Parmi les aliments solides, on compte 2/3 de produits d’origine végétale (produits céréaliers, fruits et légumes) et 1/3 de produits d’origine animale (lait, viande principalement).
  • La part des fruits et légumes importés dépasse 40 % pour certains produits tels que les tomates, les concombres, les pêches/nectarines et le raisin de table (hors agrumes et bananes non produits en métropole). Ils constituent un des principaux postes de transport de denrées alimentaires, juste après l’alimentation animale.
  • La surface nécessaire à l’alimentation de la population française (26 Mha), est très légèrement inférieure à sa surface agricole (28 Mha).
  • La consommation de viande et de lait mobilise plus de 80 % de la surface agricole.
  • La moitié de la consommation d’énergie de l’agriculture est de l’énergie indirecte (liée aux intrants et aux équipements).
  • Le contenu carbone des produits agricoles exportés excède le contenu carbone des produits importés, ce solde positif est de 9 MteqCO2 soit environ 8 % des émissions de GES de l’agriculture française.
  • A l’exception des fruits, légumes et produits de la mer frais, l’essentiel des produits que nous consommons a subi une ou plusieurs étapes de transformation. La consommation d’énergie liée à la transformation des produits est du même ordre de grandeur (4,9 Mtep) que la consommation d’énergie de l’étape agricole. Par contre, les émissions de CO2 (9,1 MtCO2) sont 10 fois plus faibles du fait notamment de l’importance des émissions de CH4 et N2O de l’agriculture.

Pour en savoir plus sur la méthodologie et les résultats, consultez la brochure.

Pour creuser le sujet:

Les infographies suivantes ont été réalisées par l'ADEME à partir de ce rapport:

infographie-ademeinfographie ademe 2