Mauvaises Herbes

-
de 19h00 à 22h00
Type : Projection-débat
C.L.A.J. - Centre d'accueil Le Souleret

16 rue de la fontaine
25370 Rochejean
France

Bande annonce du film : https://vimeo.com/257269064 (activer les sous-titres)

Site internet du film : mauvaisesherbes.over-blog.com

 

Soirée projection débat de 19h00 à 22h00

en présence des réalisatrices Mathilde Mistral et Leïla Porcher

19h00 : Apéro-soupe

20h00 : Projection

21h00 : Questions - débats et table ronde

 

Synopsis

En Grèce, sur l'île de Crète, dans les champs et dans les friches, certaines mains expertes cueillent les horta, ces plantes sauvages que l'on cuisine et que l'on mange. Elles sont partie intégrante de la gastronomie quotidienne, et partout elles réunissent autour du repas. On les compte par centaines, et le nombre de recettes qui les accommode est, lui, infini.

Cette cuisine est délicieuse, conviviale, et surtout gratuite. Issue des savoir-faire paysans, elle nous rappelle l'importance de l'autonomie alimentaire, et ce tout particulièrement en temps de crise.

Mauvaises Herbes est l'histoire de rencontres et de partage avec des ami.es, des paysan.ne.s qui nous invitent dans leurs cuisines et à leurs tables, autour d'un verre de raki, les deux pieds dans la terre.

Les racines des luttes sont multiples, Mauvaises Herbes se propose d'en suivre une.

 

Le projet

Leïla et Mathilde ont construit ce projet à l'automne 2015. Elles avaient déjà co-réalisé un documentaire en 2014 sur l’auto-gestion comme alternative à la crise avec pour décors la ville de Thessalonique. Entre nos mains, co-réalisé également avec Léa Fanget et Sofia Tsiridou est visible sur la plateforme de Regarde à Vue, le collectif qui a soutenu ce projet.

L'idée de retravailler sur la Grèce est venue des liens privilégiés que Mathilde entretient avec de nombreuses personnes sur place, et la volonté de faire entendre des voix autres que celles qui veulent voir une révolution là où la misère prend principalement le pas. Quels changements de société sont en route en Grèce ? Ils sont là, c'est certain, mais sont-ils vraiment ceux que l'on attend ?

C'est alors que la pratique paysanne de récolte et de cuisine des plantes sauvages nous est apparue comme représentant à merveille les défis auquel fait face actuellement la Grèce. Les horta telles qu'elles sont appelées en Grèce symbolisent une économie tout à la fois frugale et conviviale, la gratuité qui permet à tous.tes de se retrouver et de partager ensemble des moments forts. La modernité et l'industrialisation de l'agriculture nous font perdre ces savoirs faires et ces rythmes de vie, mais que nous propose-t-elle en échange?

De plus, l'idée de s'intéresser à la gastronomie et à la cuisine comme lien à l'intime, à l'amitié, à la famille, comme territoire de foyer, du confort, était importante pour nous. Nous souhaitions faire un film de proximité, de lien humain. Quoi de mieux qu'un repas, de sa préparation à son partage, pour explorer ces territoires ?

Chronologie du projet : L'écriture du documentaire a commencé à l'automne 2015. Mathilde et Leïla sont parties tourner en Crète en janvier 2016, et Camille a rejoint l'équipe pour le montage au printemps 2016. Le montage a duré un peu plus d'un an, suite à quoi Mauvaises Herbes a été projeté en Crète, à l'automne 2017. La diffusion en France devrait commencer début 2018.

Financement du projet : Mauvaises Herbes est un film entièrement auto-produit par Mathilde et Leïla. Elles ont d'abord utilisé 600€ de subventions restant du projet Entre nos mains, puis ont financé le reste sur fond propre. Elles ont également acquis pour l'occasion du matériel de tournage et de montage. Toute l'équipe du film a travaillé bénévolement à sa création.

Nous espérons pouvoir récupérer au moins en partie l'argent investi par la vente de DVD et les projections publiques. Nous souhaitons également pouvoir rémunérer dans la mesure du possible toutes les personnes ayant travaillé pour le film.

 

Les réalisatrices

Mathilde Mistral

          Pendant ses années d’études à Sciences Po Grenoble, Mathilde s’est également formée en maraîchage auprès de nombreux.ses paysan.nes et s’est engagée dans des activités militantes autour de la souveraineté alimentaire. L’apprentissage du grec au cours de son cursus universitaire l’a conduite à voyager à de nombreuses reprises dans ce pays, puis à s’y installer un an, entre la Crète et la ville de Thessalonique. Poursuivant ses activités de maraîchage, elle s’organise en collectif autour des luttes paysannes et du féminisme, et embrasse en parallèle le cinéma, afin de partager et diffuser les savoir-faire paysans et les rencontres qu’elle y a faites dans ce pays. Après Entre nos mains, co-réalisé avec Leïla Porcher en Grèce, elles y tournent Mauvaises Herbes, leur second moyen-métrage.

 

Leïla Porcher

         Lors de son master en Anthropologie à Lyon, Leïla part avec Mathilde en Grèce. Elles y tournent un premier film autour des pratiques des habitant.es de Thessalonique pour repenser l’accès aux moyens de subsistance pendant la crise économique. Cette première expérience est cruciale : Leïla se forme alors en réalisation documentaire à Aix en Provence. Elle travaille successivement comme monteuse sur les films Le pêcheur à la barque - autour des savoir-faire des pécheurs côtiers – et L’attessa – autour du parcours de personnes migrantes en attente de leurs papiers en Italie-. L’engagement dans les luttes paysannes a conduit Leïla à écrire et tourner avec Mathilde Mauvaises Herbes, un voyage initiatique à la rencontre de ces crétois.es qui cueillent et cuisinent les plantes sauvages. En parallèle, elle co-réalise un film documentaire auprès de femmes kurdes iraniennes, au Kurdistan d’Irak, avec la société de production SisterProd.

 

L'équipe du film

L'équipe technique

Image: Leïla Porcher

Son: Mathilde Mistral

Montage: Camille Beaucher, Mathilde Mistral

Graphisme: Fanny Bobrie

Mixage: Milou

Les musiciens

Laouto: Stelios Mylonakis

Lyra et chant: Giorgos Antonoyannakis

Guitare et percussions: Andreas Stamoulis

Second film : Mauvaises herbes

Organisateur : CLAJ la Batailleuse / claj-batailleuse@wanadoo.fr