Les systèmes d'information de marché changent d'échelle
Témoignage
Photo de Cédric Rabany, directeur de l'ONG Rongead

Cédric Rabany est le directeur de Rongead, une ONG qui diffuse des informations de marché pour améliorer le fonctionnement des filières agricoles. Le partenariat monté dans cinq pays avec un opérateur téléphonique leur permet d’avoir une large audience.

 

De quelle manière facilitez-vous la mise en marché des produits agricoles ?

Rongead a développé une expertise d’analyse des filières agricoles, de diffusion d’informations sur les marchés et de conseil commercial aux producteurs, historiquement plutôt sur les cultures d’exportation (anacarde, karité, sésame).

Le service N’Kalô (« je suis au courant » en dioula) fournit en Côte d’Ivoire des informations de marché déjà traitées, analysées et synthétisées pour les besoins des acteurs du secteur agricole. Ces informations permettent de mieux commercialiser les produits agricoles et peuvent améliorer les revenus en réduisant les risques commerciaux. [...]

Pourquoi vous être associés à un opérateur téléphonique ?

Nous avons un savoir-faire sur les systèmes d’information de marché (SIM) : collecter l’information, l’analyser et produire des données utiles pour les producteurs est notre cœur de métier. Pour la construction de base de données d’envoi, nous pouvons le faire mais c’est coûteux et les plateformes open source utilisées ne garantissent pas la livraison effective des sms. En nous associant avec Orange, nous bénéficions de leurs infrastructures et de leur technicité avec une garantie de livraison des sms, quels que soient les téléphones portables des agriculteurs. Nous avons un partenariat global pour l’Afrique de l’Ouest, Sènèkela (« agriculteur » en bambara) au Mali, M-Agri en Côte d’Ivoire et d’autres SIM sont en projet au Sénégal, au Burkina Faso et en Guinée Bissau.

Senekela Mali © Orange

Quel est l’intérêt d’Orange ?

Cela ne leur rapporte pas beaucoup d’argent à court terme, c’est plutôt une stratégie de développement. Au Mali, Orange a fait le pari que le gisement d’abonnements à conquérir se trouvait maintenant en milieu rural et qu’il était donc intéressant de proposer des services aux ruraux.  Ils ont investi dans Sénèkela avec des ressources humaines qualifiées (profil agronome) pour leur centre d’appel qui traite plusieurs milliers d’appels par mois. Ils nous rémunèrent aussi pour la fourniture de contenus et l’emploi du coach des téléconseillers qui est un salarié Rongead. Ils font la promotion des services Sénèkela à la télévision malienne. [...]

 

Lire l'entretien complet

Creuser le sujet :

 

=> RETOUR A L'ESPACE NOURRIR LES VILLES

Visuel espace Nourrir les villes © Susan Beccio

Ressources liées

Même catégorie

Informations sur le document

Cédric Rabany
4
2017
CFSI
Français

Jargonnette