Quelles politiques commerciales pour la promotion du "lait local" en Afrique de l'Ouest ?
Étude/Rapport/Synthèse
Coopérative laitière Toumboude Pakour © AVSF Benjamin Assouline

Forte d'un cheptel bovin très important, l'Afrique de l'Ouest est pourtant un marché pour la poudre de lait en provenance de l'UE. Quelle est la réalité de la concurrence entre lait local et poudre de lait importée ? Quels sont les enjeux du développement de la filière lait local ? Comment y parvenir ?

L'étude montre que les importations de lait et de produits laitiers exercent une concurrence sur le lait et les produits laitiers locaux au niveau à la fois de la transformation et de la consommation. La concurrence coût est la plus évidente :

  • sur les coûts d'approvisionnement : la matière première importée est moins chère, notamment du fait de différences de productivité très importantes entre régions du monde et aux aides au revenu accordées aux éleveurs des pays riches ;
  • sur les coûts de traitements : le procédé de fabrication à partir de poudre de lait est mieux maîtrisé par les industriels.

Mais la filière "lait local" est aussi étouffée par d'autres types de concurrence hors coûts : problèmes de régularité et d'acheminement de l'offre de lait local, absence d'information claire relative à l'origine des produits, problèmes de conservation du lait dans des pays peu équipés en réfrigérateurs, moyens utilisés pour le marketing, etc. 

Le développement de la filière lait local est un enjeu considérable pour la région à la fois en termes d'emplois, de revenus créés, de maintien de populations en zones pastorales, d'indépendance alimentaire par rapport au marché mondial, d'équilibre de la balance commerciale et d'amélioration de la qualité nutritionnelle de l'alimentation.

L'étude recommande des politiques publiques combinant 4 grands types d'intervention :

  • appui à la structuration de la filière et à la concertation ;
  • appui technique et financier à la production laitière, aux dispositifs de collecte et à la transformation, notamment par les minilaiteries ;
  • garantie de la traçabilité des produits laitiers, création d'un label "lait local" et promotion des produits à base de "lait local" ;
  • amélioration de la compétitivité-prix, surtout par rapport aux produits à base de poudre de lait réengraissée avec des matières végétales comme l'huile de palme (hausse des droits de douane à l'import, baisse de la TVA pour les produits à base de lait local, etc.).

Ressources liées

Même catégorie

Informations sur le document

Cécile Broutin, Laurent Levard, Marie-Christine Goudiaby
105
2018
CFSI, Gret
Français

Jargonnette