Des innovations agroécologiques dans un contexte climatique changeant en Afrique
Étude/Rapport/Synthèse
Agro-écologie, productrices et cordons pierreux au Togo © AVSF

La commission Climat et développement de Coordination SUD publie une étude sur les innovations agroécologiques face à au changement climatique en Afrique. 

 

 

Tendances observées

Les effets du changement climatique en Afrique sont très variables selon la localisation, même à l'intérieur d'une même zone climatique. On observe toutefois une élévation des températures moyennes sur tout le continent. La quantité annuelle de précipitations diminue dans certaines zones, alors qu'elle augmente dans d'autres et se concentre sur des périodes plus courtes. De manière générale, les saisons humides se raccourcissent. En outre, les évènements climatiques extrêmes deviennent plus fréquents et intenses. 

Principales menaces pour l'agriculture

- la disponibilité des ressources naturelles (eau, pâturage, ...) se restreint ;

- la perte de fertilité des sols est accélérée ;

- les rendements des cultures et la productivité animale sont limités par le stress hydrique et thermique, le manque de nutriments, les évènements extrêmes et le développement des ravageurs, parasites et maladies. 

Ces restriction de l'activité agricole pourrait accélérer les migrations des populations rurales vers les zones moins touchées et les villes.

Savoir-faire paysan

Les paysans africains mettent en place des pratiques agroécologiques dans la gestion de leurs systèmes agricoles : dispositifs antiérosifs, fertilisants organiques, couverts végétaux, maintien de l'humidité des sols, diversification des productions, ... Peu de pratiques ont en revanche été recensées face au développement des ravageurs et vecteurs de maladie. Il pourrait être pertinents pour les producteurs de développer leurs connaissances en lutte biologique. Plusieurs personnes interviewées soulignent l'importance de l'échange de savoir-faire entre paysans. 

Innovations organisationnelles

Mais l'adaptation des paysans face aux effets du changement climatique passe aussi par leur organisation collective. Organisations paysannes, coopératives, unités de transformation, systèmes de certification participative, circuits courts de commercialisation : toutes ces innovations organisationnelles améliorent l'accès des paysans aux marchés, ce qui est une condition fondamentale de leur survie.

Même si les effets bénéfiques des pratiques agroécologiques ne sont pas toujours observées à court terme, leur potentiel est immense à long terme. Les paysans africains sont peut-être les plus vulnérables face aux effets du changement climatique, mais ils pourraient être aussi ceux qui ont les plus grandes chances de s'adapter, grâce à leurs vastes connaissances traditionnelles sur l'adaptation de l'agriculture aux conditions variables. 

 

Ressources liées

Même catégorie

Informations sur le document

Valentine Debray
108
2015
Coordination Sud
Français

Jargonnette