Visuel "oranges au Mali"
Les paradoxes de la faim

La faim n’est pas une fatalité. La production d’aliments a été multipliée par trois depuis les années 1970, tandis que la population mondiale n’a fait que doubler. Mais le déséquilibre des rapports sociaux laisse une large partie de la population dans une situation de pauvreté, allant jusqu’à la privation de nourriture (un seul repas par jour, voire pas du tout).

« La faim est un problème politique et non technique », Jacques Diouf, directeur de la FAO

« Les émeutes de la faim en 2008 ne sont pas tant une crise des prix qu’une crise de la pauvreté », Nicolas Bricas, chercheur au CIRAD

Ce constat est déterminant pour comprendre les paradoxes de la faim :

- 800 millions personnes souffrent de la faim alors que la terre dispose jusqu’à maintenant de suffisamment de ressources,

- 75 % des personnes souffrant de la faim sont les paysans eux-mêmes et leurs familles,

Pour lutter contre la faim, le CFSI milite pour :

  • le soutien l’agriculture familiale pour lutter contre la pauvreté des ruraux, approvisionner les centres urbains en produits alimentaires de qualité, et préserver les ressources naturelles ;
  • une société civile organisée (syndicats professionnels, ONG, groupes politiques..) favorisant la redistribution des pouvoirs et des revenus.

Pour tester vos connaissances avec le quiz sur la faim, cliquez ici!

Voir la vidéo pédagogique de SOS Faim Belgique sur les paradoxes de la faim

Voir les douze idées reçues (et fausses) sur la faim battues en brèche

Article de fond

Documentaire

Jargonnette

Enfant Madagascar © Arndt
Enfant Madagascar © Arndt