Dernières chances d'avoir une PAC solidaire avec le Sud
22 janvier

Dans une tribune publiée le 17 janvier, Olivier De Schutter, le rapporteur spécial pour le Droit à l'alimentation à l'ONU, interpelle les députés européens car ils pourraient laisser passer l'occasion de prendre en compte les objectifs de lutte contre la faim et la pauvreté dans la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC). La Commission Agriculture du Parlement européen vote cette semaine les amendements au projet de réforme.

La prise en compte de l'impact sur le développement des pays du Sud est pourtant une obligation légale depuis le Traité de Lisbonne de 2007.

En effet, le rôle de l'UE, en tant qu'importateur et exportateur majeur de denrées agricoles, n'est pas neutre dans la réalisation du droit à l'alimentation dans les pays partenaires dont les populations souffrent de la faim*. Or, l'article 208 du Traité établit la primauté de la lutte contre la pauvreté dans la définition de toutes les politiques qui sont susceptibles d'affecter les pays en développement.

En juin 2012, les députés de la Commission du développement ont voté à l'unanimité en faveur d'une surveillance et d'une prise en compte des impacts de la PAC sur le développement. Cependant, ces exigences n'ont pas été reprises dans les amendements de compromis rédigés en décembre par la Commission Agriculture et vont être votées le 23 et le 24 janvier en tant qu'amendements déposés à titre individuel.

Pour Olivier De Schutter, si l'on veut que la PAC soit au service de tous les agriculteurs, il faut suivre les effets des importations et exportations agricoles sur les pays en développement, consulter les organisations paysannes de ces pays, et évaluer correctement les impacts sur le droit à l'alimentation. Il demande également aux députés de s'assurer que l'obligation de rotation de cultures et le soutien à la production de légumineuses soient bien inclus dans le "verdissement" de la PAC, car l'énorme dépendance de l'UE en soja et maïs pour l'alimentation animale a des conséquences dramatiques sur l'environnement et l'agriculture familiale des pays exportateurs.

*Voir l'article de De Schutter "La PAC à l'horizon 2020 : le rôle de l'UE dans le soutien à la réalisation du droit à l'alimentation."

Voir aussi la brochure du CFSI : "Pour une PAC solidaire avec le Sud : propositions aux parlementaires européens et ACP"